Il existe quatre types de phrases : la phrase déclarative, la phrase impérative, la phrase exclamative et la phrase interrogative .

Dans cette seconde partie, nous allons nous pencher sur la phrase exclamative et la phrase interrogative. (Si vous n’avez pas lu la première partie, cliquez ici)

 

Les 4 types de phrases partie 2

La phrase exclamative :

La phrase exclamative exprime une émotion, un sentiment. Elle se distingue de la phrase déclarative par un point d’exclamation à l’écrit et par une intonation montante à l’oral.

Elle peut être introduite par un mot exclamatif et ne comporte souvent aucun verbe.

Exemples : J’ai encore oublié de renouveler mon abonnement de train ! Quelle chaleur ! Comme il fait chaud ! Encore en retard ! Très doué, ce pâtissier !

 

La phrase interrogative :

La phrase interrogative sert, vous l’aurez deviné, à poser une question. Elle se termine par un point d’interrogation à l’écrit et par une intonation montante à l’oral.

On distingue l’interrogation totale et l’interrogation partielle.

 

L’interrogation totale porte sur l’ensemble de la phrase et appelle une réponse par oui ou par non. On dit que c’est une question fermée.

L’interrogation totale se fait par trois moyens :

  • l’inversion simple quand le sujet est un pronom personnel, ou quand ce est utilisé avec le verbe être 

Exemples : Avez-vous eu le temps de manger ? Est-ce trop tôt pour en parler ?

  • l’inversion complexe dans tous les autres cas

Exemples : Ta mère est-elle déjà rentrée de voyage ? L’un d’entre vous peut-il répondre à cette question ?

  • l’interrogation par est-ce que, qui évite d’utiliser l’inversion

Exemples : Est-ce que vous avez eu le temps de manger ? Est-ce que ta mère est déjà rentrée de voyage ?

 

L’interrogation partielle porte sur un élément particulier de la phrase et appelle une réponse par autre chose que oui ou non. On dit que c’est une question ouverte.

Elle se fait grâce à l’utilisation de mots interrogatifs placés en tête de phrase : déterminants (quel, quelle), pronoms (qui, que, lequel) ou adverbes (comment, pourquoi).

Selon les cas, on utilise l’inversion simple ou l’inversion complexe :

  • l’inversion simple est obligatoire avec que, et lorsque qui, que et lequel sont attributs.

Exemples : Que fais-tu cet après-midi ? Qui êtes-vous pour lui parler de cette manière ? Lequel est le gagnant de la course ?

  • l’inversion complexe est obligatoire avec pourquoi et quand qui est COD.

Exemples : Pourquoi est-il arrivé si tard ? Qui le professeur a-t-il choisi d’interroger ?

 

BON A SAVOIR

On intercale un « t » dans une interrogation si le verbe se termine par une voyelle et que le pronom inversé commence par une voyelle.

Exemples : Pourquoi avance-t-elle si lentement ? A-t-il pensé à vous appeler ?

 

 

Cet article est un extrait de notre nouveau livre, Maîtrisez les bases de la grammaire française en moins d’une heure, déjà disponible en précommande sur Amazon (parution le 15 septembre 2017). Un seul livre. Une heure. Des bases enfin maîtrisées. 

Merci d’avoir lu cet article ! N’hésitez pas à le partager autour de vous en cliquant sur les boutons de partage ci-dessous.

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the Author:

Christelle Molon, fondatrice de gramemo.org // Auteur de manuels de grammaire disponibles sur Amazon.

Désolé, les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.